Nuit 33-La Femme Coquille


Je suis la femme coquille
Je suis toujours dans ma chambre 
-antichambre pour tout vous dire-
en voyage... tout autour,
je
déambule
dans ce vestibule
infernal...

Je suis glabre et sans défense 
si ce n'est
parfois mes petites antennes
têtues...

Ma caravane est de nacre
Si irisée et compatissante.

Grâce je me dois
de lui rendre
d'ainsi
me porter, me supporter,
et me ré conforter
aux moindres de 
mes spasmes
agora phobiques, et
moi,
devenue alors
liquéfiée
et répandue...


Je suis une traîne perdue
pleine de
mes histoires
troglodytes
et pudiques en
tissu volatil
en fibrilles
que j'adore,

"Tant aimée
si peu 
exprimée..."

Puis honteuse
je me retire 
dans mes cachettes-studettes
ou mes pieux cachots
et je m'y perds
encor et encore

Je suis la femme coquille
et je bafouille toute
ma vie et
digresse cet
Idylle cousu
en surpiqûre
sur un fond 
de bossa moite
en mai pluvieux...



Commentaires