LOCKED-IN-MEMORY

Mes amis, je suis la directrice de l'Institution Maison-Ancolia. Celle-ci accueille en résidence des êtres atteints de la maladie du "Locked-In-Memory", littéralement : enfermé à l'intérieur de sa mémoire, c'est la Maladie des Souvenirs...
Je suis particulièrement attachée à défendre cette cause parce que, moi-même j'ai développé cette pathologie, ce trouble de la personnalité, lors de mon trentième anniversaire. J’en suis heureusement maintenant bel et bien guérie... Mais imaginez-vous un peu la souffrance psychique de ces patients, apparemment présents dans la réalité-espace-temps-universelle d’aujourd’hui, qui mentalement sont en fait dans leur passé et éprouvent à l'infini des émotions enfouies au plus profond de leur mémoire... ?
Pour mieux vous expliquer, entrez, entrez dans la Maison des Ancolies, des mélancoliques soupirs, des futurs déjà passés... C'est l'effet Madeleine sans avoir tenté de goûter à celle-ci ; les pensionnaires n'ont que des vies-passées, enfermés dans leurs songes vécus, (parfois seulement imaginés, pour les cas les plus graves)...
Ce trouble est un vrai isolement dans une sorte de rêve récurrent... et sans réveil avant la guérison...
Ne vous étonnez pas d'entendre des enfants invisibles courir au premier étage, ou des portes claquer sans courant d'air, une sonate pathétique de Beethoven jouée par un piano sans pianiste (et de surcroît sans marteaux pour frapper les notes)... Cette demeure loge des malades, et tous les êtres fantômes invités en rêve non-consciemment par eux-mêmes…


«Je suis la dernière arrivée à Maison-Ancolia...

J'ai pénétré en songe à l'intérieur de la demeure;
ce n'est pas Manderley mais ma maison à moi... ?
En effet j'ai l’impression d’avoir toujours vécu ici…
Cette maison n'est pas la mienne, mais je la connais par cœur...

Fait étrange, elle est comme abandonnée...
même l’on pourrait dire, misérable d'abandon...
Comme si les hôtes furent contraints de quitter précipitamment leur lieu de vie...
Peut-être à cause de la guerre…? Mais quelle guerre et en quelle année sommes-nous? Tout est flou mes amis, je ne me souviens de rien mais tout me parle... La cheminée, l'horloge, la cuisine, le cellier, certes fort blanchis de poussières et de toiles d’araignées, mais je les reconnais bien...
Au premier étage les fenêtres sont grand-ouvertes, les volets claquent au vent de dehors…
Et puis j'ai un peu froid, je rentre dans « ma » chambre d’enfant à la tapisserie abîmée et me glisse sous les draps usés de « mon » ancien lit… et... m'endors...ici…»


C'est son premier jour mes amis, il nous faut être patients...
Dans deux mois, Alicia Ancolia, comprendra que nous sommes déjà au troisième millénaire après Elie. Elle aura des permissions de week-end, reprendra des cours par correspondance et pourra même envisager de donner naissance à un enfant... Elle est entre de bonnes mains faites-moi confiance pour elle…
Vous pourrez même lui rendre visite trois après-midi par semaine…
A bientôt… merci de votre attention et de votre compassion...

Et bonne vie réelle… !

Commentaires

  1. Hello Miren...
    Je connais un peu cette maison (lors un rêve ou d'une promenade une de ces longues nuits d'hiver j'ai du m'y rendre ou passer devant)et ce trouble que l'on y soigne j'en suis parfois victime, surtout quand la vie s'occupe de rendre les choses douloureuses ou pénibles.
    En tout cas ton idée et la façon dont tu nous l'a fait partager et tout simplement superbe...
    A très vite pour la visite et qui sait peut-être qu'un jours je viendrais y faire un tour ?

    RépondreSupprimer
  2. Merci Juan,
    Tu y es le bienvenu pour déguster un thé en devisant gaiement...!

    RépondreSupprimer
  3. Maison des ancolies, mélancolie chant du passé dans un cocon des airs suspendus quelque part dans ce qui tient lieu de tête, de cervelle, de pensées fleuries les ans passés, de rêves inachevés. Symphonie inachevée mélangée sur le lit du présent absent, passé décomposé en îles en ailes, en rimes envers et contre nous.
    Une autre sans rime et sans raison envisageant d'être mail-ancolie, chaque printemps revenant. Je n'ai pas dit fantôme, j'ai dit revenante à soie des pétales, à fleur de peau, à rêve de balancelle, à vert d'eau et de prairie à toile et toile de peintre , murs et murmures d'un passé entrés à tâtons dans la chambre aux rideaux tamisant le jour et les nuits de coton.
    Maïté

    RépondreSupprimer
  4. Si vous etes heureuse, alors, il y n'a pas de pathologie, mon amie.

    Salutations de Londres.

    RépondreSupprimer
  5. Merci Mr Cuban,
    Vous avez raison...
    My best wishes from Maison-Ancolia!!!
    Miren

    RépondreSupprimer
  6. comme c bien écrit
    comme c bien décrit
    au point que j'ai douté de l'existence de ce syndrome par analogie au locked syndrôme puis j'ai compris qu'il n'a point de pathologie mais un grand talent et du génie
    à bientôt

    RépondreSupprimer
  7. Un hasard me fait cotôyer ici des palmiers qu'un vent violent vint un jour secouer à les déraciner. Il me reste la trace de ce vent d'amitié et celle d'un petit village après la révolution. En bleu et blanc, il s'appelait Sidi BouSaïd et les pas d'un médecin résonnaient alors dans les ruelles à la rencontre de patients impatients. Depuis, 'ai réalisé en 2 ans mon premier documentaire sur la Maladie d'Alzheimer et commencé la réalisation d'un autre.
    Un tyran est tombé de son trône en Tunisie, le vent s'est apaisé et les palmiers ont retrouvé leur calme devant une Méditerranées bleue qui m'attend toujours.
    Ainsi vont les étoiles, deux par deux dans le ciel et seules sur la terre.

    Roger Dautais

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à me laisser des commentaires... Je les lirai attentivement soyez-en sûrs...